Museum Aquarium de Nancy : Raie d’eau douce

Retour à la listeFiche espèce : Raie d’eau douce

Raie d’eau douce



Potamotrygon sp. pearl



POSITION SYSTÉMATIQUE
Poisson élasmobranche myliobatiforme de la famille des Potamotrygonidae


MILIEU NATUREL
Amazone et bassin versant de ce fleuve


Une ceinture de chasteté naturelle

Comme tout Elasmobranche (raies et requins), le squelette est composé de cartilage. La famille des Potamotrygonidae comporte à l’heure actuelle une vingtaine d’espèces décrites, toutes endémiques du bassin amazonien. Les ancêtres de ces raies étaient marines mais suite à l’élévation de la cordillère des Andes, ces raies se sont adaptées au milieu dulçaquicole.

Chez Potamotrygon, la fécondation est interne et ces raies sont vivipares. La gestation dure environ 3 mois. À la mise bas il peut y avoir jusqu’à une dizaine de jeunes en tout point identiques aux adultes.

On note la présence d’un ardillon barbelé sur la face supérieure de la queue. Celui-ci constitue une arme de défense et peut infliger de graves blessures. Le venin, contenu dans le mucus de la peau, est d’origine protéique. Il provoque la nécrose des tissus atteints. Les Amérindiens considèrent les raies comme bien plus dangereuses que les piranhas surtout lorsqu’elles sont ensablées sous quelques centimètres d’eau. Le dard est utilisé par les populations locales comme pointe de flèche.